Ce que j’aurais voulu savoir en commençant mon entreprise

Si tu as lancé ton entreprise il y a peu ou que tu te lances dans l’entreprenariat en ce moment même, cet article devrait te plaire. Je te livre ce que j’aurais voulu savoir en commençant mon entreprise. Il y a un peu plus d’un an maintenant, j’ai lancé ma micro-entreprise alors que je n’avais pas encore terminé mes études en design et développement web. Je savais dans quelle direction je voulais aller : allier mon amour pour le design à mon envie de rendre le monde plus vert. Le Studio Nuancia est né. C’est ainsi qu’un an plus tard, je reviens sur cette décision qui a changé mon quotidien.

Ce que j’aurais voulu savoir en commençant mon entreprise

Être micro-entrepreneure ne veut pas dire « travailler seule »

En premier lieu, commençons par les choses qui fâchent. L’introverti.e qui sommeille en moi en est encore surprise. On a bien souvent l’idée que la micro-entreprise est la cachette parfaite pour les personnes introverties ou pour les personnes qui préfèrent travailler seules. En réalité, tu vas avoir un paquet d’échange à réaliser avec d’autres personnes. Et oui, l’entreprenariat, ce n’est pas être seul.e. Entre la prospection et les appels clients, tu auras toujours quelqu’un à qui parler. Si tu as besoin de compagnie ou que tu souhaites agrandir ton réseau, tu pourras rejoindre des collectifs d’entrepreneurs.

Tu peux donner la direction que tu veux à ton entreprise

Il faut dire que tu es le maître de ton destin. Oui, ça résonne peut-être un peu comme un cliché, mais c’est la vérité. Tu peux décider de donner la direction que tu veux à ton business. Personne ne va te dire de faire les choses de telles ou telles façons. Tu ne trouveras personne un beau matin qui va choisir ton positionnement pour toi. Tu ne trouveras jamais quelqu’un qui te donnera une recette magique pour te faire réussir. Tu es la seule personne capable de faire les choix qu’il faut pour ton entreprise. C’est toi qui choisis. Tu as le pouvoir.

Tu ne seras jamais prêt.e à 100% pour un lancement

… à mon plus grand regret. À mon plus grand défaut, ce point t’es dédié. On dit souvent que le perfectionnisme est un faux défaut. Mais je pense que ceux qui sont de cet avis, n’ont jamais goûté à ce sentiment d’impuissance et à cet état de stagnation qui peuvent nous envahir face à un projet. On peut facilement tourner en rond en tant que perfectionniste. Se retrouver face à nous-mêmes, notre moi étant notre plus grand ennemi, nous achève. C’est comme si notre propre esprit était un poids attaché à nous-même, dont il est impossible de se défaire. Comment améliorer mon projet ? Est-ce que je vais apporter assez de valeurs à mon audience ? Je comprends tes questionnements et j’ai le regret de t’annoncer que tu ne seras jamais prêt.e à 100% pour le lancement d’une de tes offres. (Cependant si tu arrives à être 100 % prêt.e, on va boire un café ?) Alors lance-toi quoiqu’il arrive et améliore ton produit au fil du temps et des avis clients que tu récoltes.

Ne te compare pas aux autres

S’il y a bien une ennemie que nous avons toutes et tous dans la vie, c’est bien elle : la comparaison. La comparaison affaiblit, achève et tue à petit feu. Sans le savoir, tu es sous son emprise et c’est en partie elle qui peut nuire grandement à ta personne et à ton business. Tu l’entends te susurrer des mots qui ne te plaisent pas. Elle te chuchote des mots qui te font du mal. « Pas assez bien. ». « Regarde comment son business a l’air de bien fonctionner. » . « Tes posts sont mauvais comparés aux siens. ». Il est temps de dire à cette petite voix d’aller se faire voir et de lui dire d’aller voir ailleurs si on y est. De mon expérience, c’est la course à pied qui m’a aidée à me focaliser sur moi-même et à ne pas me comparer. Tu es la seule personne à qui tu peux te comparer. Relis cette phrase. Encore une fois.

Tu n’es pas ton entreprise : se fixer des limites

La loi française nous pousse particulièrement à faire cet amalgame : confondre sa micro-entreprise avec soi-même. Alors oui, de façon légale cette fusion est vraie. Dans les faits, je t’assure que pour ta santé mentale, il faut que tu réussisses à dissocier ton entreprise de toi-même. Et oui, tu n’es pas ton entreprise. Tu es humain.e et tu as besoin d’avoir des moments où tu ne penses pas à ton business. Plus facile à dire qu’à faire ? J’entends et je suis la première concernée par cette emprise qu’à ma structure sur mon mental. Penser à son business, c’est bien, mais ne pas se nuire mentalement, c’est encore mieux. Dans mon dernier article « Se lancer en freelance : comment se lancer et réussir« , je te parlais d’une méthode de travail appelée le deep work.

Tu peux améliorer ta productivité avec des méthodes simples

Pour conclure, parlons de productivité. J’ai parfois l’impression d’aller dans tous les sens. Mon esprit m’apporte dans des contrées parfois inconnues, sans le vouloir. Pour être honnête, j’ai une fâcheuse tendance à perdre ma concentration quand mes objectifs ne sont pas découpés en petites tâches. C’est en recherchant des méthodes de travail connues pour booster la concentration que j’ai découvert le deep work.

Le deep work peut se caractériser par la fixation d’un temps donné pendant lequel tu vas couper toute distraction dans ton travail pour ne te focaliser que sur ce que tu dois faire. Pour faire simple, tu maximises ta concentration sur une seule tâche et tu réalises un travail bien plus profond et pertinent de cette manière.

Pourquoi est-ce que je te parle de deep work dans ce point-ci ? Tout simplement parce qu’en pratiquant le deep work, tu seras bien plus satisfait de ton travail à la fin de tes journées. Ainsi, tu pourras profiter de ta fin d’après-midi et de ta soirée. En quelques mots, c’est une excellente méthode pour se dissocier de son entreprise et de son travail. Pour en savoir plus, je te renvoie sur cet article.

Finalement, l’entreprenariat nous apprend des choses sur nous-mêmes. Quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui souhaite lancer son entreprise ? Que dirais-tu à ton toi avant le lancement de ton entreprise ?

Sarah



Tu aimeras aussi